Gustave Doré – Partie 1

1832, à Strasbourg, Paul Gustave Louis Christophe Doré né. Trop de prénoms ont fait que comme nombreux contemporains de son époque, on le connait aujourd’hui que par l’un d’entre eux : Gustave Doré.

Le petit Gustave est né dans une famille plutôt riche. Il est choyé, adoré par ses parents et a le luxe de la oisiveté. Il est le troisième fils de la famille. Son grand frère Ernest se doit d’être sérieux malgré ses gouts rêveurs et e grand frère Émile Paul est surveillé de près par leur père mais moins apprécié par leur mère qui aime l’art et le talent.

L’argent n’étant pas un problème dans cette famille, Gustave peut oisivement s’adonner à son plaisir : l’art. Il aime dessiner ! Au grand bonheur de sa mère !

Soutenu par sa maman « Tu es si talentueux mon fils ! », mais moins par son père « Tu devrais faire de hautes études ! », le petit Gustave est un vrai fils à maman et le restera toute sa vie.

Gustave est un enfant adorable, curieux, talentueux mais aussi espiègle. Encore enfant, il peint une poule verte pendant la nuit qui terrifia les gens autours de lui. Gustave dessine, des animaux, des croquis, des objets et partout : sur les cahiers d’école, les lettres, les murs.

Il adore lire, le petit Gustave. Il aime l’humour. Il aime apprendre.  Avant l’âge de treize ans, Gustave a déjà été remarqué par son école et son entourage pour ses talents. Ils commencent même à publier mais on le prévient : « Attention, tu es parfois à la limite du correct, mon garçon ! » Il est vrai qu’il est observateur Gustave et qu’il sait caricaturé ou reproduire à la perfection ce qu’il voit.

Certes mais Gustave s’en fiche un peu. Son père absent pour le travail, il rencontre des grands gens du monde de la carricature dont certains ont été censuré ou interdit.) Gustave a désormais 15 ans ! Les études ne sont pas sa priorité. Face aux talents et à l’envie d’être publié de l’adolescent, un contrat lui est proposé !

« Tu ne publieras certainement pas !

– Oh que si ! »

Son père refuse que son fils s’engage dans cette voix. Mais Gustave insiste, encore et encore. La mère de Gustave est furieuse après son mari. Pressé de toute part, avec déjà deux fils qui s’engagent bien, et un petit faible pour son dernier, le père de Gustave cède après six mois.

Gustave publie ! Il publie dans un premier temps, les travaux d’Hercule. L’éditeur de Gustave y voit un talent rare et lui dit : « viens vivre à Paris ! Tu as du talent, tu dois apprendre la technique. »

Le père cède. Il donne son accord mais reste mitigé. Il a peur que son fils connaisse l’échec et une vie misérable. Il prévient sa femme des dangers mais elle a confiance en l’avenir du petit Gustave. Le voilà au lycée Charlemagne logé par une amie de sa mère madame Hérouville. Gustave aime sa vie parisienne ! Il expose, il joue de ses talents, il dépense son argent ou plutôt celui de son père !

Mais le 04 mai 1849, son père décède d’une maladie foudroyante. Gustave en est chamboulé d’autant que ses frères n’ont encore aucun métier et que sa mère n’a pas de revenu.

Sa mère s’installe à Paris dans un hôtel dont elle vient d’hériter. Son fils la rejoint avec ses frères. Il faudra dorénavant faire attention aux finances. Gustave pourra sans doute compter sur ses mécènes mais cela suffirait-il ?

Un mot à mettre ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.